Regarder, écouter et agir pour l'environnement

26 octobre 2008

Au petit Colibri

Cher visiteur,
Je viens de terminer une vidéo qui, je l'espère, va éveiller les consciences et transmettre des valeurs simples mais pas simplistes.

Synopsis :
A la ferme "au petit colibri", Richard Wallner a créé un laboratoire d'expérimentation grandeur nature.
Il y cultive un terreau d'idées et fait germer de nouvelles perspectives d'avenir.
Mais, être un précurseur, c'est couper les broussailles pour ouvrir un sentier. 
Et parfois, les broussailles sont très coriaces...!

Musique : Docteur Nagual X


au petit colibri nouvelle version
envoyé par marcantoinedeprat

Richard a besoin de votre soutien.

 Si vous souhaitez l'aider, envoyez un courrier au préfet de la Charente pour lui demander d'intervenir auprès du maire de Marsac pour que la municipalité intègre le projet de ferme "au petit colibri" dans le PLU du village et permette à Richard de construire les bâtiments.

Faire cette démarche, ce n'est pas seulement sauver le petit colibri, c'est aussi aider ce type de structures, socialement et économiquement salutaires, à essaimer dans nos territoires.

Faites circuler l'information autour de vous. Faites savoir votre soutien. Agissez en citoyens préoccupés par l'avenir.

Vous trouverez plus d'informations sur le site http://aupetitcolibri.free.fr

Posté par M_A DEPRAT à 22:23 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


24 septembre 2008

Visite québécoise "aggradante" en France

Au milieu des années 70, alors qu'il était documentaliste au ministère des terres et forêts du Québec, Jacques Hébert a travaillé aux côtés d'Edgar Guay, le ministre adjoint de ce ministère qui a découvert l'intérêt de l'apport de copeaux de bois sur des sols de culture.
Les caractéristiques biologiques des branches de l'arbre et l'apport de fertilité qu'elles engendrent lorsqu'elles sont broyées puis épendues sur le sol sont mis à jour par l'équipe du Professeur Gilles Lemieux, de l'Université Laval. Le BRF était né.
Jacques Hébert a tout de suite expérimenté cette méthode d'"aggradation" (en opposition à la dégradation) du sol, avant de créer sa petite entreprise "les jardins de vivaces" en 1982. http://cf.geocities.com/jardinsvivaces/

Depuis, il a développé une technique de précompost de BRF qu'il utilise sur l'ensemble de ses cultures horticoles et maraîchères.

C'est donc avec le recul de trente années d'expérience que Jacques Hébert vient échanger avec le public français au cours de 10 conférences depuis Paris jusqu'aux Pyrénées.
Vous trouverez les détails de son parcours en cliquant sur http://brfdelarbreausol.blogspot.com/2008_09_01_archive.html

Grâce à Elea Asselineau (co-auteur du livre "De l'arbre au sol, les Bois Raméaux Fragmentés" et co-fondatrice du site les jardins de BRF),  cette tournée abordera  différentes thématiques avec des intervenants tous aussi passionnants les uns que les autres.

affiche_finaleMi-septembre, elle m'a proposé de programmer une rencontre en Charente.
Cela a tout de suite fait écho en moi, car je suis en train de préparer, avec Eliza Gajewski, un projet de Jardin expérimental et pédagogique sur Angoulême dans lequel nous utiliserons entre autres les BRF.
C'est alors l'opportunité de vous inviter à ce premier évènement organisé par notre association "l'Arche de Bagouet".
Lors de cette rencontre, nous aurons le plaisir d'avoir les interventions de :

- Philippe Ménard, en charge de l'agroforesterie pour la Chambre d'Agriculture de Charente. Il nous parlera de l'agroforesterie en Charente et des perspectives de développement.

- Sylvain Houlier, animateur du réseau sylvagraire Poitou-Charentes/Limousin. qui présentera les BRF selon une approche écoresponsable et solidaire. c'est aussi lui qui organise la journée du 7 octobre en Deux-Sèvres autour du même évènement (pour en savoir plus : http://airvaudais-valduthouet.csc79.org/spip.php?page=agenda&id_agenda=48

- Didier Rippe, directeur des espaces verts de la ville d'Angoulême, qui porte la démarche de gestion différenciée des espaces verts de la ville, en lien avec Charente Nature.

- Et bien sûr Elea Asselineau et Jacques Hébert, qui nous feront une présentation des BRF et des pratiques associées.

Pour clore cette rencontre, la Maison de l'Agriculture Biologique de Charente offrira un pot biologique (cela va de soi)

Donc, venez nombreux le mercredi 8 octobre à la salle municipale de Challignac (près de Barbezieux) à 14H30. Vous trouverez tous les détails sur  le verso du flyer qui suit.

flyer_finalflyer_final_verso

Pour ceux qui s'interrogent sur ce qu'est le BRF, vous trouverez "le BRF, une perspective d'avenir" dans la rubrique "vidéos" dans la colonne de droite. Vous pourrez aussi vous informer plus en détail sur le site : les jardins de BRF

Posté par M_A DEPRAT à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2008

Une forêt de Vie(s)

Chers visiteurs,

Je tiens à vous proposer une lecture importante.
L'auteur s'appelle Alain Persuy. C'est un professionnel de la forêt passionné de nature. Il est aussi un ami très cher que j'ai rencontré à l'occasion du tournage de L'inconnu illustre (Cf. rubrique Vidéos).

foret_nat_couv
La forêt naturelle
* vous entraînera sur les sentiers qui mènent au vivant.
Elle est plus qu'un "lieu où il-y-a des arbres".
Entre ombre et lumière, végétaux et animaux se partagent le territoire au sol, mais aussi les différentes strates de la végétation.

La forêt naturelle, c'est aussi un mode soutenable de production de bois qui fait plonger le forestier dans une recherche d'équilibre constant, avec pour alliées la biodiversité et la naturalité

Alain offre à nos sens la beauté et la magie de la forêt naturelle avec professionnalisme et poésie.  

Ce livre sort en septembre 2008

*La forêt naturelle - Alain Persuy
Editions Belin Eveil nature
Coll. Approche n°49

Prix de vente public : 16 euros

Autres livres d'Alain Persuy:   

- Guide de la forêt en Poitou-Charentes Vendée
- France, ta forêt fout le camp
- Le coteau calcaire, jardin d'oubli et de couleurs

Retrouvez aussi Alain dans La forêt est vivante (Cf. rubrique Vidéos)

Posté par M_A DEPRAT à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2008

Regards alternatifs sur le monde paysan

Stéphanie Muzard Le Moing est une artiste engagée, installée à Marcilhac, dans le lot. Au départ, elle souhaitait réaliser une "bande dessinée retraçant la vie agricole, les problèmes du foncier, de la culture et de l'élevage alternatifs".
Grâce au forum latelevisionpaysanne.org, elle fait la connaissance du réalisteur lyonnais Eric Boutarin.
Ensemble, ils ont fait évoluer le projet et donc, réalisé un film enrichi d'un carnet de voyage illustré.
"Ces deux supports vont permettre d'alerter les gens non convaincus. C'est aussi un moyen de nous faire entendre sans recourir à des fauchages de champs d'OGM où à la violence. C'est également un outil d'information à destination de nos élus".

Résumé
du film :

Un voyage chez les paysans résistants du Quercy, au cœur du parc Naturel des Causses, à l'heure de la mondialisation de l'industrialisation de l'agriculture et de la baisse du nombre d'installations agricoles. Qui se cache derrière nos assiettes et qui s'installe ? Rencontres locales pour le constat d?une guerre mondiale. Le contre-jour de « we feed the world ».

La musique est réalisée par les excellents musiciens Denis Mignard et Steve Shehan.

affiche_sansterreChristian Vélot, chercheur au CNRS et lanceur d'alerte, a préfacé ce travail :

"Avant de commencer à regarder ce film, assurez-vous que vous avez au moins 1H10 devant vous, car vous ne pourrez faire autrement que d’aller jusqu’au bout. Impossible de décrocher ! On ne peut que se laisser porter. Une véritable cure d’air frais pour les poumons et pour l’esprit, avec des images et une musique qui vous donnent envie de rejoindre immédiatement la résistance de ceux qu’on appelle les « Sans Terres ». Tout y est ! Un cocktail de fraîcheur, de bon sens, d’esthétisme et de pédagogie.
Au terme de ce voyage au cœur du Quercy, c’est un  étrange mélange de colère et de bonheur qui vous envahit. De colère, en raison de l’hégémonie d’une technoculture toujours plus intensive, plus polluante, où on détruit les écosystèmes pour les adapter à des plantes standardisées, et qui tente d’empêcher les paysans d’exercer leur métier, de développer leur bon sens dans le plus grand respect de l’environnement. De bonheur, en raison de tous ces îlots de résistance qui se mettent en place. En raison de la clairvoyance et de la détermination de toutes celles et ceux qui sont animés par la même volonté : celle du droit à exercer leur métier, à vivre au Pays, à refuser un système qui nous emmène tous droit dans le mur et qui essaie de nous faire oublier que ce ne sont pas les technoscientifiques, ni même les agronomes qui ont inventé l’agriculture, mais les Paysans
".

Christian Vélot.

Vous pouvez dès à présent commander ce film en souscrivant à l'aide de ce formulaire téléchargeable Conditions_de_projection

Vous trouverez des informations complémentaires sur les sites suivants:

www.latelevisionpaysanne.org
http://atelierdesmuses.blog4ever.com/

Bande annonce du film

Posté par M_A DEPRAT à 16:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juillet 2008

La Brindille n°3, l'alternative en action

libelluleSylvain Houlier veut que l'alternative soit accessible à tous... Et il y travaille avec conviction.
Dans cette nouvelle version de la brindille, il diversifie le champ des possibles.

Dans ces pages, vous trouverez des contributions diverses sur le BRF, bien sûr, et aussi sur la permaculture, l'agroforesterie, l'éco-région, la gestion forestière durable, le bois-énergie, l'agriculture paysanne.
Sans oublier, 3 aventures humaines et agricoles en Afrique, une Communauté citoyenne pour la protection de l'environnement,...

L'ensemble de ce document  des points de vue, des réflexions et des actions présentés par ceux qui créent l'alternative. Pour être informé jusqu'au bout, le tout est agrémenté de bibliographies, filmographies et agendas.

Accrochez-vous à cette brindille tendue.
Picorez les idées et développez-les.
Entrez dans le réseau ou faites le votre.
Echangez, faites-savoir, expérimentez, ...

L'alternative est à la portée de tous.

La brindille est téléchargeable en 4 parties (Cliquez dessus pour télécharger):

Partie 1:_Vous_avez_dit_Sylvagraire...?!

Partie 2:_Au_gré de_l'alternative

Partie 3: Ce_qui_se_passe_ici_et_ailleurs

Partie4: Agenda_et_conclusion


Retrouvez la brindille 1 et 2 en cliquant sur "la brindille" dans la colonne de droite rubrique "catégories"

 

Posté par M_A DEPRAT à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mai 2008

Quand le petit colibri se meurt...

Chers visiteurs,

J'appelle votre bon sens et votre citoyenneté pour soutenir un projet qui me tient particulièrement à coeur.

J'habite depuis bientôt 3 mois dans le département de la Charente.

richardJe viens de découvrir le projet de Richard Wallner, un jeune ingénieur qui a choisi la petite commune de Marsac pour implanter un lieu où la Vie est la première valeur : La ferme "au petit colibri"

Il développe la notion de permaculture.
La permaculture est une vision globale de l'écologie, intégrant tous les aspects de nos vies (habitat énergie, agriculture, culture,...)

En termes d'agriculture, on trouve un ensemble de pratiques et de modes de pensée visant à créer une production agricole soutenable, très économe en énergie (travail manuel et mécanique, carburant...) et respectueux des êtres vivants et de leurs relations réciproques. Elle vise à créer un écosystème productif en nourriture ainsi qu'en d'autres ressources utiles, tout en laissant à la nature "sauvage" le plus de place possible.

Elle utilise des notions d'écologie, de paysagisme, d'agriculture biologique et de pédologie. La permaculture invite à mettre ces aspects théoriques en relation avec les observations réalisées sur le terrain.butte

La base de la permaculture n'est pas uniquement d'analyser les éléments constitutifs d'un système individuellement, mais aussi de prendre en compte leurs interactions, dans le but de produire une compréhension de l'écosystème dans l'optique d'une utilisation par l'homme.

De l'avis du maire (qui est aussi agriculteur) de la commune de Marsac :
«
[Richard] n'est pas un paysan. Imaginez si tout le monde faisait comme lui, comment nourrirait-on la planète? […] Je lui ai dit que c'était un doux rêveur.» -Sud-Ouest du 10/10/2007-
« Il n'a ni motoculteur ni tracteur […] il choque dans le paysage » -Charente Libre du 09/10/2007-

Rappelons qu'aucun des conseillers ni le maire n'a accepté en 3 ans de venir visiter les cultures pour se rendre compte de l'efficacité de la ferme et des perspectives productives déjà engagées.

Quand les agriculteurs pollueurs sont mis en face de projets qui remettent en question leur assise confortée par les grandes firmes industrielles, ils se terrent dans une obstination primitive sans pouvoir fournir d'argument valable.

ferme_projetRichard a obtenu le soutien de la chambre d'agriculture de Charente, de la DIREN, du conseil général, du conseil régional, du commissaire enquêteur qui a étudié le Plan Local D'urbanisme, des verts de Charente, de Charente Nature,...

Il avait légalement tous les éléments lui permettant de construire les bâtiments nécessaires à la bonne conduite de son projet, SAUF... l'autorisation du maire de la commune.

Aujourd'hui et depuis bientôt 2 ans, Richard vit dans une caravane sur son terrain.
C'est proprement inadmissible de la part d'un maire envers un de ses administrés. On se croirait dans un régime dictatorial. 
Un maire comme celui-ci voit plus le développement de sa commune par la multiplication des maisons Merlin que par la saine activité locale et durable d'un jeune visionnaire.
Dans six ans, il portera sans doute un projet de supermarché !?
Et tout le monde continuera à vivre dans sa cage dorée et continuera à s'alimenter de fraises du Chili, de tomates d'Espagne ou de concombre d'Israël, tous bourrés de pesticides et autres cancérigènes.
Richard, lui, sera retourné à une autre activité et le petit Colibri sera mort, enseveli sous les maïs de la "vraie" agriculture prônée par monsieur le maire.



Je suis en train de préparer une vidéo avec Richard pour informer le maximum de monde.
Nous voulons organiser une grande manifestation devant la préfecture d'Angoulême avec tous les citoyens qui n'acceptent pas ce type de situation révoltante. Nous cherchons à mettre en place une stratégie puissante et efficace pour que le petit colibri vive
N'hésitez pas à me contacter par le biais de ce blog (Lien "contacter l'auteur")pour toute aide dans la préparation de cette démarche.

Un maire ne doit pas abuser de son pouvoir sans rester impuni.

Richard ne se bat pas pour lui-même, il se bat pour l'espoir qu'une société responsable voie le jour.
Il croit, comme moi, en une société plus respectueuse de son environnement, qui laisse une place importante à tout ce qui vit.
Il croit en une société où l'individu s'enrichit auprès de la collectivité.

Citoyens, c'est le moment de respecter nos devoirs.
Nos enfants ne doivent pas nous dire : "Tu savais ?! Pourquoi n'as-tu rien fait ?

Pour en savoir plus, et apporter un soutien personnel ou collectif à Richard cliquez sur http://aupetitcolibri.free.fr/index.html

Si nous n'intervenons pas, ce n'est pas seulement le petit colibri qui mourra... Ce sera aussi la disparition d'un espoir d'évolution positive de notre monde.




Posté par M_A DEPRAT à 20:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 avril 2008

Droits de l'homme et du citoyen

En cette période où les droits de l'homme en Chine font la couverture médiatique, reprenons (une fois n'est pas coutume) la célèbre phrase de Jacques Chirac : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs".
Pourquoi ?
La citoyenneté est trop souvent galvaudée.

En France, les réformes battent leur plein. La majorité des français a élu un président dynamique qui promet de faire bouger le pays.
Effectivement, la France doit changer profondément et s'adapter enfin à un nouvel environnement mondial.
Mais cette patrie qui a vu naître la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen court le risque d'une adaptation basée sur des fondements économiques dangereux pour l'avenir de nombreux pays.

Marco_illus3Nicolas Sarkozy serait-il en passe de renouveler un nouvel exploit Tatcherien ? Sur la forme, il est beaucoup plus abscons, mais sur le fond...!!??
Coupes dures dans le service public, privatisations désastreuses, santé marchandisée, financiarisation insensée des domaines culturels et d'information, refonte alarmante du droit du travail, politique environnementale complètement dérivée vers les recherches énergétiques, politique sécuritaire et immigrationniste du court terme et à courte vue, déresponsabilisation de l'état...
La mondialisation fait perdre la tête aux ultra-capitalistes et ultra-libéraux comme à la famille socialiste et fait tomber tous leurs concepts basés sur un seul et même paradigme : la croissance.
Mais quelle croissance ?
Est-ce vraiment grâce aux ventes d'armement, d'avions de ligne, ou de centrales nucléaires que l'économie française va se redresser ?

Peut-on croire que les droits de l'homme et la citoyenneté ont leur juste place dans ce gigantesque cirque où l'argent et la propriété sont les préalables à toute revendication audible ?

Marco_illus2

Comment des dirigeants de pays occidentaux, qui considèrent
l'Histoire de leur nation comme un simple "devoir de mémoire" inscrit
dans les manuels scolaires, peuvent-ils donner des leçons d'humanisme à
des dictatures (qui ont souvent été mises en place par leurs
prédécesseurs), alors qu'ils s'emploient depuis des décennies à piller
les ressources des pays pauvres en laissant les populations crever de
faim ? Goliath tue David pour se nourrir de ses entrailles.                                                                                     

C'est ça la loi du marché ? Apparement, oui.

Est-ce vraiment pour cela que les français vont aux urnes ? Difficile de se résoudre à le croire...

Celui qui descend dans la rue est souvent considéré par nos gouvernants comme un agitateur anti-réformiste et égocentriste qui est incapable de comprendre ce qui est bon pour le pays.
Celui qui accepte sans rechigner sera toujours considéré comme civil, socialement stable et digne de confiance. Une personne gouvernable. Un bon citoyen en quelque sorte.

Mais non, un bon citoyen demande des comptes à ses élus et ne subit pas passivement les politiques qui s'enchaînent dans son village, son canton, son département, sa région ou son pays.
Un citoyen n'est pas fataliste. Il ne se révolte pas en pantoufles devant son écran. Il ne cherche pas à avoir toujours plus que son voisin.
Un citoyen agit, partage, débat, interpelle... Si un système ne lui convient pas, il en cherche un autre ou le fabrique lui-même.

illus_Marco

Le citoyen qui ne veut pas manger n'importe quoi s'engage dans un réseau avec des producteurs locaux et n'achète pas des fraises en hiver.
Le citoyen qui ne veut pas que l'on détruise la forêt amazonienne, achète du bois local ou tropical labellisé.
Le citoyen qui ne veut pas que les enfants birmans travaillent dans les champs de coton au lieu d'aller à l'école, n'achète pas de tee-shirt chez Auchan ou Carrefour.
Les droits de l'homme ne pourront être respectés que si l'on commence à agir sur des éléments que nous pouvons maîtriser, mais que le fameux Marché s'empresse de nous faire oublier en nous promettant le confort adapté à tous nos besoins (souvent créés par ce même marché)

N'attendons pas que la démocratie participative vienne de nos élus ou de qui que ce soit... Faisons la nous-même !

Ne bradons pas les valeurs de la démocratie ou des droits de l'homme chez nous en demandant aux autres un peu plus de morale. Arretons de trouver des prétextes à notre conduite, car jamais nous ne serons parfaits.
Une seule chose est sûre : nous sommes tous responsables du monde dans lequel nous vivons.

Pour vivre ensemble, les citoyens ne doivent pas se contenter de leurs droits.
Ils ont le devoir de se comporter en citoyens.

Illustrations - copyright PieR Gajewski - www.piergajewski.eu ou cliquez sur les planches

Posté par M_A DEPRAT à 23:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 février 2008

Le Groupe National Châtaignier

Ce groupe de personnes m'a invité à participer à un de leurs rendez-vous, en Bretagne.
La vidéo qui suit vous permettra de faire connaissance avec ces gens qui m'ont sympathiquement accueilli.
Bonne route à tout le groupe.

Pour voir mes autres vidéos, cliquez sur "vidéos" dans la colonne de droite.


Posté par M_A DEPRAT à 18:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 janvier 2008

"la brindille", Tour d'horizon des actions autour des BRF

Chers visiteurs,
Je ne vous avais pas encore présenté mon ami Sylvain Houlier...
De formation pépiniériste, il est actuellement agent environnement de la communauté de communes du Val du Thouet, en Poitou-Charentes.
Depuis sa découverte des BRF, il ne cesse d'échanger les réflexions entre plusieurs réseaux d'importance qui coordonnent les actions sur le territoire français.
Il est à l'origine de la création du "réseau sylvagraire Poitou-Charentes/Limousin". Il est rejoint en 2007 dans son action par le CPIE de Gâtine poitevine, dans le but d'appréhender la gestion de la ressource en bois sur le territoire deux-sévrien.

Afin de mieux comprendre les enjeux du BRF, il a rédigé un document qui rassemble un certain nombre de réflexions et qui permet d'identifier les structures et manifestations autour du sujet.
Pour y accéder, téléchargez le document qui se trouve à la fin de ce message.

Allez sur les forums de discussion. consultez les ouvrages (en liens sur ce blog)
Echangez les expériences.
Les BRF offrent de nombreuses ouvertures sur la culture du vivant, mais peuvent être une catastrophe écologique dûe à une mauvaise gestion des arbres, entre autres.

Nous sommes tous responsables de nos actes sur l'environnement.
N'agissons pas sans réfléchir !

La_Brindille n°1

La Brindille_n°2

Posté par M_A DEPRAT à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2008

Parlons d'énergie...

Voici encore un message reçu sur ce blog.

Malgré le débat sur le réchauffement climatique et le protocole de Kyoto , Deux sociétés ont déposé un dossier en vue d’ouvrir sur les communes de Lucenay les Aix et Cossaye(Nièvre) une mine de charbon + centrale thermique. Projet soutenu par les élus socialistes et communistes locaux en dépit d’un rapport alarmiste réalisé par SOFREMINES en 2003 à la demande du conseil régional mais non publié à ce jour.
Pour plus d’information consulter le site : http://www.adsn58.fr/
exprimez vous sur le blog consacré à ce sujet : http://veriteminecharbon.unblog.fr/
usine
Merci à Jean V. pour cette info. Je souhaite juste apporter une ou deux précisions...
Alors qu'aujourd'hui, beaucoup de militants luttent contre l'envahissement du nucléaire (présenté comme "l'énergie la plus propre" du moment par la plupart de nos dirigeants) d'autres élus proposent des techniques qui engendrent une pollution beaucoup plus directe, et qui date d'un siècle et demi.
Les détracteurs accusent de nombreux militants écologistes de vouloir revenir à l'âge de pierre, mais ils proposent de revenir à l'ère industrielle. Waow! Quel esprit évolutif.
Quelles leçons nos dirigeants ont retenu de l'histoire ?

L'ère industrielle nous a conduit vers les dérèglements climatiques que nous connaissons tous. La durée de vie de l'humanité, comme de tous les êtres vivants présents sur notre planète, n'a jamais été si rapidement amoindrie. Et ce n'est pas fini.
Le nucléaire est une bombe à retardement pour les générations futures. En 2003, lors de la canicule, les centrales nucléaires prélevaient, comme tous les autres jours, l'eau des rivières pour refroidir les réacteurs. S'en est suivie, une très grave pollution thermique des cours d'eau en aval de ces centrales. Non, le nucléaire n'est pas l'énergie du futur. Car dans le futur, combien de tonnes de déchets radioactifs aurons nous sous les pieds ? Comment réagira la Terre ? Si ce que disent les experts est avéré, les canicules seront plus fréquentes. Nos cours d'eau, non contents de devoir répondre à ces changements de climat, devront encaisser les températures largement supérieures des eaux rejetées par les centrales.

Combien de temps et de dégradations faudra-t'il pour que l'on investisse massivement dans les énergies alternatives, renouvelables, durables ? Pour l'instant, aucune des alternatives proposées ne peut répondre convenablement à nos besoins démesurés.
Moins consommer, mieux consommer l'énergie paraît maintenant inévitable si nous voulons vivre plus sainement. Nous avons tous nos contradictions. Nous voulons tous un peu de confort. Mais nous voulons tous vivre dans un monde meilleur. Alors, il va falloir faire quelques concessions.
_oliennes

Posté par M_A DEPRAT à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]