En cette période où les droits de l'homme en Chine font la couverture médiatique, reprenons (une fois n'est pas coutume) la célèbre phrase de Jacques Chirac : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs".
Pourquoi ?
La citoyenneté est trop souvent galvaudée.

En France, les réformes battent leur plein. La majorité des français a élu un président dynamique qui promet de faire bouger le pays.
Effectivement, la France doit changer profondément et s'adapter enfin à un nouvel environnement mondial.
Mais cette patrie qui a vu naître la déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen court le risque d'une adaptation basée sur des fondements économiques dangereux pour l'avenir de nombreux pays.

Marco_illus3Nicolas Sarkozy serait-il en passe de renouveler un nouvel exploit Tatcherien ? Sur la forme, il est beaucoup plus abscons, mais sur le fond...!!??
Coupes dures dans le service public, privatisations désastreuses, santé marchandisée, financiarisation insensée des domaines culturels et d'information, refonte alarmante du droit du travail, politique environnementale complètement dérivée vers les recherches énergétiques, politique sécuritaire et immigrationniste du court terme et à courte vue, déresponsabilisation de l'état...
La mondialisation fait perdre la tête aux ultra-capitalistes et ultra-libéraux comme à la famille socialiste et fait tomber tous leurs concepts basés sur un seul et même paradigme : la croissance.
Mais quelle croissance ?
Est-ce vraiment grâce aux ventes d'armement, d'avions de ligne, ou de centrales nucléaires que l'économie française va se redresser ?

Peut-on croire que les droits de l'homme et la citoyenneté ont leur juste place dans ce gigantesque cirque où l'argent et la propriété sont les préalables à toute revendication audible ?

Marco_illus2

Comment des dirigeants de pays occidentaux, qui considèrent
l'Histoire de leur nation comme un simple "devoir de mémoire" inscrit
dans les manuels scolaires, peuvent-ils donner des leçons d'humanisme à
des dictatures (qui ont souvent été mises en place par leurs
prédécesseurs), alors qu'ils s'emploient depuis des décennies à piller
les ressources des pays pauvres en laissant les populations crever de
faim ? Goliath tue David pour se nourrir de ses entrailles.                                                                                     

C'est ça la loi du marché ? Apparement, oui.

Est-ce vraiment pour cela que les français vont aux urnes ? Difficile de se résoudre à le croire...

Celui qui descend dans la rue est souvent considéré par nos gouvernants comme un agitateur anti-réformiste et égocentriste qui est incapable de comprendre ce qui est bon pour le pays.
Celui qui accepte sans rechigner sera toujours considéré comme civil, socialement stable et digne de confiance. Une personne gouvernable. Un bon citoyen en quelque sorte.

Mais non, un bon citoyen demande des comptes à ses élus et ne subit pas passivement les politiques qui s'enchaînent dans son village, son canton, son département, sa région ou son pays.
Un citoyen n'est pas fataliste. Il ne se révolte pas en pantoufles devant son écran. Il ne cherche pas à avoir toujours plus que son voisin.
Un citoyen agit, partage, débat, interpelle... Si un système ne lui convient pas, il en cherche un autre ou le fabrique lui-même.

illus_Marco

Le citoyen qui ne veut pas manger n'importe quoi s'engage dans un réseau avec des producteurs locaux et n'achète pas des fraises en hiver.
Le citoyen qui ne veut pas que l'on détruise la forêt amazonienne, achète du bois local ou tropical labellisé.
Le citoyen qui ne veut pas que les enfants birmans travaillent dans les champs de coton au lieu d'aller à l'école, n'achète pas de tee-shirt chez Auchan ou Carrefour.
Les droits de l'homme ne pourront être respectés que si l'on commence à agir sur des éléments que nous pouvons maîtriser, mais que le fameux Marché s'empresse de nous faire oublier en nous promettant le confort adapté à tous nos besoins (souvent créés par ce même marché)

N'attendons pas que la démocratie participative vienne de nos élus ou de qui que ce soit... Faisons la nous-même !

Ne bradons pas les valeurs de la démocratie ou des droits de l'homme chez nous en demandant aux autres un peu plus de morale. Arretons de trouver des prétextes à notre conduite, car jamais nous ne serons parfaits.
Une seule chose est sûre : nous sommes tous responsables du monde dans lequel nous vivons.

Pour vivre ensemble, les citoyens ne doivent pas se contenter de leurs droits.
Ils ont le devoir de se comporter en citoyens.

Illustrations - copyright PieR Gajewski - www.piergajewski.eu ou cliquez sur les planches