Voici encore un message reçu sur ce blog.

Malgré le débat sur le réchauffement climatique et le protocole de Kyoto , Deux sociétés ont déposé un dossier en vue d’ouvrir sur les communes de Lucenay les Aix et Cossaye(Nièvre) une mine de charbon + centrale thermique. Projet soutenu par les élus socialistes et communistes locaux en dépit d’un rapport alarmiste réalisé par SOFREMINES en 2003 à la demande du conseil régional mais non publié à ce jour.
Pour plus d’information consulter le site : http://www.adsn58.fr/
exprimez vous sur le blog consacré à ce sujet : http://veriteminecharbon.unblog.fr/
usine
Merci à Jean V. pour cette info. Je souhaite juste apporter une ou deux précisions...
Alors qu'aujourd'hui, beaucoup de militants luttent contre l'envahissement du nucléaire (présenté comme "l'énergie la plus propre" du moment par la plupart de nos dirigeants) d'autres élus proposent des techniques qui engendrent une pollution beaucoup plus directe, et qui date d'un siècle et demi.
Les détracteurs accusent de nombreux militants écologistes de vouloir revenir à l'âge de pierre, mais ils proposent de revenir à l'ère industrielle. Waow! Quel esprit évolutif.
Quelles leçons nos dirigeants ont retenu de l'histoire ?

L'ère industrielle nous a conduit vers les dérèglements climatiques que nous connaissons tous. La durée de vie de l'humanité, comme de tous les êtres vivants présents sur notre planète, n'a jamais été si rapidement amoindrie. Et ce n'est pas fini.
Le nucléaire est une bombe à retardement pour les générations futures. En 2003, lors de la canicule, les centrales nucléaires prélevaient, comme tous les autres jours, l'eau des rivières pour refroidir les réacteurs. S'en est suivie, une très grave pollution thermique des cours d'eau en aval de ces centrales. Non, le nucléaire n'est pas l'énergie du futur. Car dans le futur, combien de tonnes de déchets radioactifs aurons nous sous les pieds ? Comment réagira la Terre ? Si ce que disent les experts est avéré, les canicules seront plus fréquentes. Nos cours d'eau, non contents de devoir répondre à ces changements de climat, devront encaisser les températures largement supérieures des eaux rejetées par les centrales.

Combien de temps et de dégradations faudra-t'il pour que l'on investisse massivement dans les énergies alternatives, renouvelables, durables ? Pour l'instant, aucune des alternatives proposées ne peut répondre convenablement à nos besoins démesurés.
Moins consommer, mieux consommer l'énergie paraît maintenant inévitable si nous voulons vivre plus sainement. Nous avons tous nos contradictions. Nous voulons tous un peu de confort. Mais nous voulons tous vivre dans un monde meilleur. Alors, il va falloir faire quelques concessions.
_oliennes